Mobile First par Google, quel est son impact sur le SEO ?

Comme la plupart d’entre vous le savent déjà, Google a annoncé le 4 novembre 2016 le lancement des premiers tests de leur nouveau programme Mobile First. Après quelques semaines d’études sur ce projet, j’en ai conclut cet article.

I – Qu’est ce que Mobile First de Google ?

Afin de ne pas compliquer les choses et en bref :  Google va explorer, indexer et considérer la version mobile de votre site en tant que principale source de contenu. Auparavant, Google explorait d’abord la version ordinateur.

Google maintiendra-t-il deux index différents? Bureau et mobile?

Google explique que son index principal est celui constitué par son robot mobile, l’index secondaire étant celui récupéré par son robot desktop. Attention, cela ne signifie pas qu’il existe concrètement 2 index ! Il faut comprendre que pour Google, son index est avant tout mobile, et de façon secondaire desktop (+ tablette).

Nous sommes encore nombreux à dire « la version standard » et la « version mobile », mais c’est une erreur ! L’évolution des usages est telle qu’il faut vraiment penser mobile en premier : le mobile EST la version standard, c’est le reste qui n’est pas standard…

II – Concrètement Quel type d’impact cela causera-t-il aux webmasters?

Impact du programme Mobile First sur les webmasters

Impact du programme Mobile First sur les webmasters et les consultants SEO

II – 1 – Impact du programme Mobile First sur les webmasters qui n’ont pas encore de version mobile de leur site

Google tient tout de même à rassurer les webmasters ne possédant pas d’une version mobile de leur site, à ce que ce premier continuerai tout de même d’indexer ce dernier tout en utilisant son mobile user agent comme outil d’indexation.

Attention tout de même, la technologie chez Google évolue très vite! il va falloir penser à créer une version mobile de son site coûte que coûte! Sachez que dans le monde presque 50% des utilisateurs d’internet navigueraient depuis leur téléphone portable!

II – 1 – a – Quelques chiffres marquants en France : (sources officielles du Global Digital Statistics 2016)

Les mobinautes s’attendent à ce que leur expérience mobile soit aussi bonne que celle qu’ils ont avec leurs PC.

Les mobinautes s’attendent à ce que leur expérience mobile soit aussi bonne que celle qu’ils ont avec leurs PC.

  • 54 473 474 internautes, soit 83% de la population française.
  • 68% des français sont inscrits sur un réseau social.
  • 28 millions d’utilisateurs actifs sur Facebook, soit 42% des français.
  • Plus de 72 millions de téléphones portables activés, soit plus d’un téléphone par personne.
  • Un internaute français passe en moyenne 4h07 par jour sur Internet (via un ordinateur).
  • Les mobinautes surfent en moyenne 58 minutes par jour sur leur smartphone.
  • Les membres des réseaux sociaux passent en moyenne 1h29 par jour sur ces espaces.
  • 43% des français ont utilisé Facebook le mois dernier.
  • 11% des français ont utilisé Google+ et 10% ont utilisé Twitter.

II – 2 – Webmasters ayant moins de contenu sur leur version mobile que sur la version ordinateur

moins de contenu sur leur version mobile que sur la version ordinateur

Site avec moins de contenu sur la version mobile que sur la version ordinateur

Si vous avez moins de contenu sur votre version mobile que sur votre version de bureau, Google verrait probablement la version mobile en tant que version standard de votre site!
Google a déclaré qu’il indexe la version mobile d’abord! Pour analyser le contenu d’une page, Google explorera en priorité le contenu affiché pour les mobiles pour calculer sa pertinence et renvoyer un résultat (sur les moteurs desktop et mobile).

Voici quelques tweets de Gary Illyes, Webmaster Trends Analyst chez Google; sur ce sujet :

Cela signifie-t-il que votre version mobile devra être frappé par Panda, alors Gary ajoute:

J’en conclut qu’un site mobile léger en contenu par rapport au site desktop risquera d’être impacté!

Soyez donc vigilant :

  • Vérifiez que des données structurées pertinentes sont diffusées dans tous les cas, quel que soit le user-agent du visiteur.
  • Si l’URL de vos versions desktop et mobile sont différentes, testez les deux avec l’Outil de test des données structurées.
  • Évitez d’inclure trop d’informations dans les données structurées, privilégiez peu de données mais des données pertinentes.
  • Ne changez pas vos canonical, Google continuera d’utiliser cette information pour définir les données affichées sur les pages de résultats.
  • Utilisez Search Console pour valider votre site mobile (si l’URL est différente) et vérifier l’accessibilité de votre version mobile.

II – 3 – Webmasters ayant un site mobile via le Responsive Design ou via dynamic serving

Sur tous les appareils, le responsive design affiche un même code qui s'adapte à la taille de l'écran.

Sur tous les appareils, le responsive design affiche un même code qui s’adapte à la taille de l’écran.

Si c’est votre cas, vous n’êtes donc pas impacté par le programme Mobile First de Google.

Continuez votre référencent naturel comme avant et vous serez heureux de voir le Google Bot crawler votre site Internet.

II – 4 – Pour les sites mobiles ayant une URL différente de la version ordinateur

deux url sépéarées pour site mobile et desktop

Les URL mobiles distinctes affichent un code différent sur les ordinateurs et sur les appareils mobiles, voire sur les tablettes, via des URL différentes.

Pour les webmasters disposant de site mobile via une Url à part de type : m.monsite.fr, là on parle de deux sites différents. Dans ce cas, analysez vos deux sites et faites en sortes que le contenu ainsi que les données structurées de ses deux derniers soient les mêmes. Si la version mobile contient moins de contenus que la version ordinateur ou tablette, dans ce cas vous prenez un risque énorme et vous verrez sans doute votre trafic Google SEO diminuer, surtout sur du long terme. En effet, en retirant des mots ou phrases, vous réduisez vos chances de sortir dans les SERP sur les requêtes qui y font référence!

III – Récapitulons

L’index « mobile first » est encore en test et n’est pas officiellement déployé. Rien de nouveau n’apparaîtra donc sur le moteur avant plusieurs semaines (au moins 4 mois) et la fin des expérimentations. (ci dessous la réponse de Gary Illyes sur la date du lancement)

En quelques sortes, la notion de mobile first peut être considérée comme un mode de pensée dans lequel on privilégierait la construction d’une interface ergonomique pour terminaux mobiles avant d’établir l’ergonomie pour un terminal « desktop » (de bureau). Ce qui est, dans l’histoire d’Internet, l’affichage traditionnel. Cette pensée a pour objectif d’améliorer l’expérience utilisateur (UX).

L’élaboration d’une interface ergonomique sous la contrainte d’un faible espace d’affichage force à épurer au maximum les éléments visibles par l’utilisateur final. Une tendance que l’on retrouve de plus en plus dans l’ergonomie des interfaces web.

Pour aller plus loin, de nouveaux systèmes de gestion de contenu intègrent le responsive web design dans leur conception. Certains CMS comme Rubedo intègrent nativement des systèmes de mise en page à l’aide de Grilles Fluides et permettent (grâce aux Media Queries) de définir les éléments des pages qui s’afficheront en fonction des supports à l’aide de simples cases à cocher.

 

Leave a Reply